• En Grande-Bretagne, des drones débusquent les locataires non-déclarés

    Les temps sont durs, c’est la crise, et au Royaume-Uni, tous les moyens sont bons pour remplir les caisses des autorités. Même les grands moyens. À Slough, dans la banlieue londonienne, les techniques militaires d’espionnage les plus sophistiquées sont utilisées.

    Ce n’est pas la maison de Ben Laden ou la cachette de Kadhafi qu’a survolé un drone équipé de caméras thermiques ; c’est tout simplement la ville de Slough dans la banlieue ouest de Londres, au nord de la résidence royale de Windsor.

    La municipalité recherche non pas un dangereux terroriste mais des traces de vie humaine dans les garages et les remises qui indiqueraient la présence de locataires non déclarés.

    Sur le plan de la ville en trois dimensions, le rouge trahit la chaleur humaine au fond des jardins ou le radiateur allumé au milieu des outils de jardinage. La municipalité soupçonne la présence de 6350 lits clandestins où dormiraient des immigrés ou simplement des personnes trop pauvres pour louer une chambre normale. Elle va maintenant enquêter porte-à-porte pour confirmer les délits, distribuer des amendes de 230€ par propriétaire et faire démolir les remises construites illégalement.

    La location du drone avec traitement des images a coûté 27’500€, une somme qu’environ 120 amendes rembourseront. Au pays de James Bond, il n’y a plus grand-chose qu’on puisse faire en cachette.

    Publié par des larbins de la maison Poulaga (F. Bellonne, RTBF.be, 1er août 2013)

    http://pix.toile-libre.org/upload/original/1306834526.jpg

    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire
  • Même si une affiche annonce la présence de Tri Yann au grand rassemblement festif du 3 août à Notre-Dame des Landes, le plus célèbre groupe nantais ne sera pas de la partie.

     « Je ne sais pas de qui cela vient, sourit Jean-Louis Jossic, le leader charismatique du groupe. Au début, j’ai été surpris, maintenant, je trouve que cela vire au gag. Et c’est un choix délibéré, car majoritairement, nous sommes pour l’aéroport de Notre-Dame des Landes ».

    Autre blague
    Une autre information circule sur les réseaux sociaux. Selon Gorafi.fr :  " Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement a construit l'aéroport en cachette cette nuit". Le site, qui ne manque pas d'humour, répertorie "toute l'information de sources contradictoires" et avait sorti cet article insolite il y a quelques mois déjà (lire ICI). On peut y lire  : "Désillusion cruelle pour les nombreux opposants et militants qui occupaient le site de Notre- Dame-des-Landes depuis des mois. En effet, le gouvernement a construit la nuit dernière la totalité de l’aéroport qui devrait accueillir ses premiers vols dans le courant de la journée"

    Plus d'informations sur le rassemblement festif prévu samedi dans nos colonnes demain

    Affiche Tri Yann : les réactions
    Sur Internet, l'affiche tourne sur les réseaux sociaux et les internautes s'interrogent :

    ...........................................................................................................................................................................

    : Tri Yann en concert à Notre-Dame-des-Landes ce vendredi 3 août ? Affiche croisée dans ...  

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10201690779340386&set=oa.547900335270081&type=1&theater 

    Cylette @cylette2

    Encore une bonne blague dans les rues de Nantes. Tri Yann ce WE à NddL ;) Pas possible avec 1 musicien élu à la ville pic.twitter.com/fXkVCct9wR

    Alexandre Hervaud @AlexHervaud

    Vrai poster de faux concert assez jouissif (JL Jossic est adjoint à la mairie de Nantes...) pic.twitter.com/VLJ8Qdrvrg


    votre commentaire
  • En Thaïlande, la très touristique île de Samet est polluée par le pétrole qui s'est répandu samedi 27 juillet au large de ses côtes. 50.000 litres de brut ont fui lors du transfert d'un pétrolier à un oléoduc. C'est la marée noire la plus importante dans la province et l'association pour la défense de l'environnement GREENPEACE met en garde la Thaïlande.

    Sur la grande plage de l'île de Ko Samet, des centaines de militaires, villageois et employés ratissent la plage pour nettoyer des milliers de galettes de pétrole. Environ 300 mètres de sable blanc sont touchés. L'île paradisiaque n'avait jamais connu un tel scénario.

    Dimanche pourtant, le géant du pétrole thaïlandais, l'entreprise publique PTT se voulait rassurante avec dix navires en alerte, prêts à encercler les nappes de brut à la dérive.  Pourtant quelques heures plus tard son directeur reconnaît la responsabilité de l'entreprise et présente ses excuses. Mais pour certains touristes, la décision est prise : ils quittent Ko Samet et ses eaux habituellement turquoises devenues noires.

    GreenPeace inquiet de l'impact

    De son côté Greenpeace appelle la Thaïlande à mettre un terme à son exploitation pétrolière dans le Golfe.Très riche en poissons, cette vaste étendue d'eau est un véritable garde-manger pour les Thaïlandais mais elle subit la menace croissante de centaines d'exploitations pétrolières, qui poussent comme dans champignons.

    Les défenseurs locaux de l'environnement qui avaient déjà alerté les autorités, sont inquiets de l'impact des produits chimiques utilisés pour disperser les nappes de brut.
    D'importants dommages pourraient être causés aux coraux, mais aussi à toute la chaîne alimentaire des poissons.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires